Que sont les ex-libris CGD?





CGD competition 2004,
First Prize (The Jean-Pierre
De Smet Prize):
Debora Lauwers
(1982)




CGD competition, 2004 :
Second Prize (The Avakian Joailliers Prize):
Natalia Lamanova
(1964) Russia




CGD competition 2004, Special Prize of Finnish Ex-libris Society:
Kim Brusten
(1981) Belgium




CGD competition 2004, Special Prize of Town of Sint-Niklaas:
Mine Saraç Dogan (1971) Turkey




Cgd competition 2004, Special Prize for Mixed Technique in which CGD is essential:
Onnik Karanfilian
(1963) Bulgaria




CGD competition, 2004, Finale Foundation Prize, Lausanne :
Best Erotic Ex-libris:
Ozan Ayitkan
(1980) Turkey



 


  home
 

 


Prof. Martin R. Baeyens
Directeur du département de design,                                            Académie Royale des Beaux-Arts, Ghent


Au XXIXe congrès international de la FISAE en 2002, il a été décidé de remplacer le sigle CAD utilisé pour indiquer un design assisté par ordinateur par CGD (computer generated design) et CRD (computer reproduced design). CRD indique une oeuvre dans la création de laquelle l'ordinateur a eu une simple fonction de reproduction. CGD, par contre, indique que l'ordinateur - et bien sur le logiciel - a été utilisé comme outil primaire de création d'un ex-libris original. 

En termes généraux, l'utilisation de la technologie digitale pour créer un ex-libris n'est pas très différente de la création au travers de techniques d'estampe traditionelles, telles la gravure sur bois, l'eau.forte, la lithographie ou la sérigraphie. Cependant, pour l'artiste, c'est son niveau de connaissance du potentiel technique de son outil qui conditionne principalement la qualité du résultat, plutôt que son habileté strictement manuelle.

Une particularité importante de l'ex-libris est la nécessité d'une harmonie parfaite entre le texte et l'image. Lorsque l'on crée un ex-libris au moyen de la technologie digitale - comme lorsque l'on utilise une technique traditionelle - il est indispensable d'avoir déjà une idée très précise du résultat que l'on veut obtenir. En d'autres termes, il faut que l'oeuvre soit d'abord préconçue. La vision artistique et intellectuelle doit s'appuyer d'emblée sur la perspicacité technique de l'auteur. Il est donc évident que l'utilisation de ce moyen moderne va infiniment plus loin que de combiner quelques images scannées et d'y ajouter quelques lettres.

Il est vivement conseillé de planifier et de faire une étude préparatoire avant de commencer à réaliser l'ex-libris sur écran. Pour produire un effet artistique de qualité, les documents scannés (dessins esquisses ou photos, originaux, bien sûr) doivent être utilisés professionnellement, c'est-à-dire dans l'ordre correct des couches. De même pour une gravure sur bois, une procédure semblable doit être suivie pour déterminer, par exemple, les différentes textures qui seront utilisées pour avoir une palette de gris dans la composition. Il n'y a pas de différence lorsque l'on utilise un nouvel outil technique.

Il existe aujourd'hui de nombreux logiciels, faciles à utiliser avec un peu d'expérience, ainsi qu'un choix presque illimité de filtres et de polices. Il faut absolument être sensible aux différences de qualité et éviter tout ce qui est inesthétique ou inutile. Parfois il faut développer une police spécialement adaptée à un projet spécifique.

Si l'auteur a une bonne expérience technique, l'ex-libris produit sur ordinateur devrait avoir une qualité technique suffisante. Technique, je dis bien, car l'artiste doit ensuite savoir imposer sa personnalité au travers de la technologie. Pour le concours, nous voulons recevoir des oeuvres d'art et non pas seulement des démonstrations d'utilisation virtuose de Photoshop. Et le choix judicieux d'une police, ni trop lourde ni perdue dans la composition, dont les formes sont en harmonie avec l'image, est de première importance.

 



Voici une liste en forme de pense-bête pour les participants:
 


• Avez-vous respecté les limites de taille imposées par le règlement et avez-vous choisi la taille optimale pour votre ex-libris?

• Les mots "ex libris" suivis du nom du titulaire sont-ils bien intégrés dans la composition?

• Avez-vous utilisé votre logiciel de manière suffisamment compétente pour produire un résultat artistique valable?

• Souvenez-vous que la qualité de l'impression et de l'estampe elle-même est d'importance capitale, indépendamment de la méthode d'impression ou de l'équipement utilisé.

• La qualité du papier est un élément important dans la perception de la qualité de l'œuvre. La plupart des imprimantes aujourd'hui sont faciles à utiliser et permettent l'impression sur des papiers de qualité faits main et même des japon légérs.

• N'oubliez jamais le besoin impératif d'harmonie entre texte et image. Parfois, le mieux est l'ennemi du bien...

• L'intégration de la technologie digitale avec d'autres techniques de gravure peut apporter un plus à votre œuvre et les expérience peuvent donner des résultats surprenants. Lancez-vous à faire des essais!

• Enfin, n'oubliez jamais que la fonction d'origine de la belle œuvre que vous avez créée est d'identifier le propriétaire d'un livre, et doit être une découverte, comme un trésor, lorsqu'on ouvre un livre dans ses mains...


Nous espérons que ce concours sera à la fois un défi et une révélation, et qu'il réduira lemanque de compréhension du potentiel de cette nouvelle technologie.  Nous la considérons comme un moyen de communication pour l'avenir.

 

 

Comment une oeuvre spécifique
a-t-elle été créée?

 

 

 


 



 

 

Prof. Hasip Pektas

Doyen de la Faculté des Beaux-Arts,
Université de Hacetteppe, Ankara, Turquie



 

J’ai créé l’ex-libris illustré à gauche pour le Dr. Gero Scheliess, en commémoration du 175e anniversaire de la mort de Beethoven.

Le Dr. Scheliess dirige les programmes musicaux à la Deutsche Welle, la radio allemande, et il est flûtiste. Lorsque j’étais à Bonn en septembre 2002 pour une exposition d’ex-musicis, je me suis rendu à la Beethovenfest qui était patronné par la Deutsche Welle. C’est de mon amie Ayse Tekin qui travaille à la Deutsche Welle que j’ai reçu la commande d’un ex-libris pour le Dr. Scheliess.

J’ai scanné un détail d’une flûte et les mains d’un flûtiste que j’avais prises en photo il y a longtemps. J’ai utilisé le filtre ‘posterize’ dans le logiciel de traitement d’images Adobe Photoshop 6.0. J’ai modifié la couleur du fond et après plusieurs essais, j’ai placé un scan d’une partition de Beethoven sur une deuxième couche, le modifiant avec un ‘mask and gradient’.J’ai préparé les textes dans un programme vectoral, Freehand 9, et je les ai exportés comme eps. J’ai cherché et testé le meilleur endroit pour placer le texte. Ceci est important car dans un ex-libris la typographie et les textes font partie intégrale de la composition. J'ai ensuite réuni les couches en les aplatissant et j’ai imprimé l’ex-libris avec une imprimante Xerox laser sur un papier cuve.




back to top of page home

copyright (C) bjunod 2004, All rights reserved